Sommaire

 

Il existe différentes solutions pour atténuer les symptômes de l'arthrose : le thermalisme, l'homéopathie, les infiltrations, les anti-inflammatoires, et les plantes spécifiques pour l'arthrose.

Arthrose et plantes : de nombreuses vertus

Les traitements par les plantes (phytothérapie) sont utilisés depuis des millénaires pour apaiser les douleurs rhumatismales.

De nombreuses plantes ont en effet des vertus antidouleur et anti-inflammatoires et constituent une alternative douce aux médicaments anti-inflammatoires parfois mal tolérés et pourvoyeurs d'effets secondaires.

Lire l'article Ooreka

Certaines plantes sont utilisées en massage sous forme d'huiles essentielles (HE), notamment le gingembre et la gaulthérie qu'il est possible de combiner et d'associer à une huile végétale telle que l'huile de jojoba pour lutter contre les crises d'arthrose.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Arthrose et plantes : les plantes efficaces contre l'arthrose

Voici les plantes les plus fréquemment utilisées contre les douleurs d'arthrose. En réalité, les remèdes anti-inflammatoires naturels n'existent pas en tant que tels. C'est par leur action détoxifiante et drainante qui favorise le travail des émonctoires et les éliminations des acides et des toxines qu'ils calment l'inflammation.

Harpagophytum

L'harpagophytum, également appelée « griffe du diable », améliore la mobilité et la souplesse des articulations, en inhibant les facteurs de l'inflammation (notamment la cyclo-oxygénase 2).

Son action est équivalente à celle des anti-inflammatoires mais, contrairement à ces derniers, il n'entraîne pas d'effets secondaires (car il contient des polysaccharides). Attention toutefois, à fortes doses (ou en cas d'usage trop prolongé), l'harpagophytum peut entraîner des troubles digestifs (diarrhée, nausées, vomissements), voire des maux de tête ou des vertiges.

C'est néanmoins un des remèdes les plus efficaces pour soulager les douleurs et il est tout indiqué en cas de crise d'arthrose.

L'harpagophytum est à prendre en gélules de 300 mg à 2,4 g par jour, ou en gel s'il est suffisamment concentré en substances actives (l'harpagoside, la procumboside, l'harpagide…).

Bouleau blanc

Toutes les parties du bouleau blanc peuvent être utilisées en décoction pour lutter contre les maladies rhumatismales chroniques.

En effet, il possède des propriétés diurétiques qui favorisent l'élimination de l’urée et de l’acide urique. Il est à ce titre particulièrement intéressant de prendre de la sève de bouleau au printemps et en cas de crise arthrosique.

De même, en gemmothérapie on recommande l'utilisation de bourgeons de bouleau (commandez un macérat glycériné  1 DH de bouleau verruqueux) pour son action désacidifiante, régénérante et stimulante pour les reins.

Piment de Cayenne

La capsaïcine, le composé actif du piment de Cayenne, se révèle notamment utile en pommade contre l'arthrose du genou.

Curcuma

Le curcuma est utilisé en tant qu'épice, mais on connaît moins bien ses propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, anti-radicalaires (contre les radicaux libres) et hépato-protectrices.

Sous forme de compléments alimentaires, le curcuma est souvent associé au poivre car la pipérine (le principe actif du poivre), favorise l'assimilation de la curcumine.

Le curcuma est très efficace associé à d’autres traitements médicamenteux car il exerce une action détoxifiante.

 

Feuilles de cassis

Les feuilles de cassis (ribes nigrum) contiennent des polyphénols (des flavonoïdes et des tanins) qui sont à la fois de puissants antioxydants et des anti-inflammatoires naturels. Elles sont également fortifiantes et elles fournissent l'énergie nécessaire aux processus de désacidification.

De même, en gemmothérapie on recommande l'utilisation un macérat glycériné 1 DH de bourgeons de cassis pour soulager les inflammations aiguës et pour renforcer les reins.

Le cassis (une plante adaptogène) est donc un excellent anti-rhumatismal, qui convient parfaitement aux patients se plaignant d’être « rouillés ». Il n'a aucun effet secondaire connu.

Les feuilles de cassis se consomment essentiellement sous forme de tisanes.

Reine-des-prés

La reine-des-prés a un effet anti-inflammatoire et antalgique (c'est un précurseur de l'acide salicylique : aspirine) reconnu contre les douleurs rhumatismales et arthritiques. En effet, elle détoxifie en éliminant les acides. En tant que diurétique, elle est tout particulièrement indiquée en cas de blocage des reins 

Ses sommités fleuries sont riches en hétérosides et peuvent être consommées en poudre, en extrait sec ou en tisane.

Les effets secondaires de la reine-des-prés sont minimes, notamment en raison des tanins qu'elle contient.

Écorce de saule

L'écorce de saule, comme la reine-des-prés, contient des dérivés d’acide salicylique (aspirine) qui est anti-inflammatoire et analgésique.

On consomme l'écorce de saule sous forme de décoction à froid (pour éviter l'évaporation des substances actives).

Plus puissante que la reine-des-prés, elle doit en revanche être utilisée avec modération (2 semaines maximum), car elle est moins bien tolérée, notamment au niveau gastrique.

Scrofulaire noueuse

La scrofulaire noueuse est une plante qui était autrefois utilisée contre certains œdèmes de la peau. Ce n’est que très récemment qu’on a découvert son efficacité contre les troubles articulaires. En effet, elle contient des taux extrêmement élevés d’harpagoside, le principe actif antalgique et anti-inflammatoire de l’harpagophytum (et contrairement à ce dernier, on ne connaît aucun effet indésirable à la scrofulaire).

Mais ce n'est pas tout, car la scrofulaire noueuse est également riche en :

  • aucubine, une autre substance anti-inflammatoire ;
  • tanins, eux aussi aux vertus anti-inflammatoires, d'autant qu'ils sont également capables de resserrer les tissus articulaires et de les tonifier ;
  • flavonoïdes, antioxydants puissants qui aident les articulations à mieux résister aux radicaux libres et à l’inflammation ;
  • saponosides, qui contribuent également à resserrer les tissus et aident à calmer l’inflammation ;
  • acides phénoliques, connus pour leur action drainante sur le foie et le rein (et donc pour réguler l’excès d’acidité) ;
  • anthraquinones qui participent eux aussi au drainage

La scrofulaire est à prendre sous forme de teinture mère ou d'extrait hydroalcoolique à raison de deux cuillerées à soupe par jour, avant les repas (se conformer à la prescription d'un naturopathe).

Feuilles de chou

Sous forme de cataplasme, la feuille de chou est un remède traditionnel répandu contre tous les gonflements douloureux, en particulier les genoux gonflés et les seins engorgés. Des études ont confirmé son efficacité contre l'arthrose, les feuilles de chou se révélant plus efficaces que le gel au diclofénac, autant en termes de mobilité que de douleur et de qualité de vie.

Par ailleurs, elle ne présente aucun danger, n'a aucun effet indésirable, et peut être utilisée sur le long terme.

Manger du chou permet également de bénéficier de son action anti-inflammatoire, d'autant que sa teneur en sulforaphane protège le cartilage de la destruction.

L’effet est particulièrement marqué avec les jeunes pousses de brocoli (une variété de chou) et plus encore avec les graines germées de brocoli (quand elles ont trois jours, leur taux de sulforaphane est de 20 à 50 fois plus élevé que le brocoli adulte). Ainsi, après 10 jours de consommation, on constate une baisse de 48 % du niveau de protéines-C réactives (marqueurs d’inflammation).

Les plantes pour régénérer les articulations

Traiter l'inflammation est nécessaire en cas d'arthrose mais il est également indispensable d'aider l'organisme à régénérer les articulations.

On utilise pour cela :

  • le sulfate de glucosamine et le sulfate de chondroïtine qui régénèrent le cartilage ;
  • le silicium organique issu de la prêle et de la feuille d'ortie.

Il faut également favoriser la circulation sanguine et lymphatique pour permettre la régénération tissulaire, notamment en cas de surpoids, avec :

  • la vigne rouge (en particulier pour l'arthrose des doigts et des membres inférieurs) ;
  • le mélilot (surtout pour les membres inférieurs et en cas d'engorgement lymphatique : œdème) ;
  • le ginkgo (notamment pour les personnes âgées et pour favoriser la circulation cérébrale : vertiges).

Arthrose et plantes : les plantes utilisées dans la pharmacopée chinoise

Principe de la pharmacopée chinoise

La pharmacopée chinoise utilise les plantes différemment, puisqu'elle poursuit un autre objectif : permettre la circulation de l'énergie dans les méridiens au niveau des articulations.

Il s'agit de lutter contre les deux éléments responsables de douleurs articulaires que sont les facteurs climatiques, tels que le vent, le froid et/ou l'humidité, ainsi que la déficience d'organes : le foie (responsable des tendons) et les reins (qui gèrent les os).

Lire l'article Ooreka

Écorce de cannelle

L'écorce de cannelle disperse le froid et traite ainsi les douleurs rhumatismales dues à un vide énergétique de type yang au niveau des reins, les douleurs lombaires faisant leur apparition par temps froid, et les douleurs aux genoux par temps humide.

Elle est à consommer sous forme de décoction (3 g pour un demi-litre d'eau).

Gingembre

Le gingembre est tiède et piquant, de sorte qu'il est idéal pour disperser le froid.

Il est donc indiqué pour traiter les rhumatismes dus à un vent froid humide, et les rhumatismes qui s'aggravent au froid et par temps humide. Il est également tout indiqué en cas d'arthrose associée une faiblesse musculaire.

Le gingembre peut être consommé frais (5 g en soupe chaude 3 fois par semaine par exemple) ou sec, en poudre, à raison de 0,5 g 3 fois par jour, dilué dans de l'eau tiède. À noter qu'on l'utilise aussi sous forme d'huile essentielle en raison de sa forte teneur en carbures sesquiterpéniques aux grandes propriétés anti-inflammatoires.

Poivre du Sichuan

Le poivre du Sichuan disperse le froid et chasse le vent humide dans les articulations. Il a une action contre les rhumatismes qui surviennent en cas d’humidité (il est également anti-acide).

Par ailleurs, en tonifiant le yang des reins, il aide à soulager les lombalgies avec sensation de froid au niveau du rachis lombaire.

Baies de goji

Les baies de goji (le fruit du lyciet) tonifient le yin des reins (elles agissent sur les os) et renforcent le foie (et donc les tendons). Elles permettent ainsi de traiter les lombalgies chroniques dues à un vide énergétique du yin des reins.

Elles peuvent être consommées sous forme de décoction, à raison de 15 à 20 g par jour.

Igname de Chine

L'igname de Chine peut également être utilisée  pour tonifier les reins et, en stimulant l’énergie, soulager les douleurs lombaires chroniques.

Elle peut être prise sous forme de décoction, à raison de 20 g par jour, ou dans un gruau de larmes de Job (25 g par jour).

Graines de fenouil

Les graines de fenouil, tièdes et piquantes, sont intéressantes pour tonifier les reins et renforcer les lombaires.

Elles sont surtout utilisées en cas de lombalgies chroniques.

On peut les prendre grillées et réduites en poudre, à raison d’une cuillerée à café additionnée d’une pincée de sel dans un verre d’eau tiède matin et soir.

Sésame noir

Le sésame noir est aussi utile pour tonifier les reins et traiter les troubles articulaires dus à une faiblesse des tendons et des os.

Il est possible de prendre jusqu’à 10 g de graines de sésame noir réduites en poudre par jour.

Ces pros peuvent vous aider